News

Ham : quand les « Pentair » sortent les griffes

Juin 12, 2018 Par Elie
0

À l’initiative des syndicalistes, le débat public a attiré quelques centaines de personnes. « Aide-toi, le ciel t’aidera » est un dicton que les Sapag ne veulent pas entendre.

33 millions d’euros

« Actuellement la trésorerie de notre entreprise pourrait faire vivre pendant deux ans l’usine, tout en payant les employés et en achetant même la matière première pour la production. Tous les chiffres précédents étaient sous-estimés et ils sont bien meilleurs qu’on ne le laisse entendre », s’écrit-il sans ambages avant de laisser la parole à Mohamed Azmani, un expert-comptable du cabinet Diagoris.

Là, tout le monde entre dans une autre dimension, celle qui donne des sueurs froides. L’expert-comptable avance un bilan positif que chaque patron d’industrie savourerait avec délectation tant la rentabilité de cette entreprise est impressionnante.

« Je n’invente rien, tous ces chiffres, qui ont été annoncés ces dernières semaines, vous pouvez les vérifier vous-mêmes sur Infogreffe. En 2014, le chiffre d’affaires se trouvait toujours en progression, la trésorerie de Griss affichait 33 millions d’euros. Mais sachez qu’aucune loi ne peut empêcher un patron de fermer son entreprise. Votre entreprise est pourtant un site d’excellence », soulignait Mohamed Azmani.

Quant au député Stéphane Demilly, il évoque dans un premier temps son déplacement à Zurick, au siège de Pentair Europe, avant de lancer une phrase cinglante : « C’est incompréhensible d’euthanasier un corps sain et ils ne veulent pas rendre le corps à la famille. » Toutes les solutions veulent être étudiées et une fois encore, il a été demandé aux politiques « d’accomplir des miracles ».

>> RETOUR SUR LES ÉVÉNEMENTS <<

Mi-décembre

La direction européenne de Pentair-Griss a annoncé la fermeture de l’usine de Ham, laissant sur le carreau 132 personnes. Des restructurations sur les autres sites (Armentières, Albi et Cergy-Pontoise) sont aussi annoncées.

Début janvier

Le président de la région, Xavier Bertrand, et le député de la Somme se rendent en Suisse, pour rencontrer le comité de direction de l’entreprise Pentair. Au même moment, une manifestation, à laquelle 800 personnes participent, soutenues par les élus du Front de gauche et du PCF, se tient dans les rues de Ham

Mi-janvier

Le ministre de l’Économie a jugé « inacceptable » la décision de fermeture. « Les chiffres sont là : la viabilité économique de l’ensemble de ces sites productifs semble avérée et l’engagement de l’ensemble des personnels sur ces sites est une réalité. »

Article original